L'immobilier sans commission
02 40 49 31 63
06 34 58 46 62
24 avril 2017 | Catégorie : Actualités

En 2017, la baisse des stocks rend les négociations difficiles malgré la hausse des prix. Selon le baromètre d’Orpi - Le Figaro immobilier, la ristourne moyenne s’affiche à 4,4% à son niveau le plus faible. 


Un faible niveau pour la marge moyenne des écarts de prix


Moyenne des prix sur la période avril 2016 - mars 2017


La négociation du prix d’un logement devient difficile dans certaines villes françaises, notamment à Paris et à Lyon. La marge moyenne des écarts de prix se maintient à son plus bas niveau depuis la création du baromètre d’Orpi - Le Figaro immobilier, il y a deux ans. Dans la quasi-totalité des grandes villes, ce chiffre baisse encore et est de 1,7% à Lyon, 2,2% dans la capitale et de 2,7% à Bordeaux. Pour un 2-pièces à Bordeaux, la ristourne n’est que de 2000 euros pour un prix en moyenne de 148 216 euros.

Les prix moyens de transaction sont en hausse

Cet écart de prix est à son niveau le plus bas ; cependant les prix moyens de transaction sont sensiblement remontés selon Bernard Cadeau, président du réseau Orpi. Le prix d’achat dans le réseau est passé de 202 000 à 204 000 euros en moyenne. Il y a des villes où ce prix a connu une plus forte augmentation : à Bordeaux, la transaction moyenne atteint près de 224 000 euros actuellement, contre 210 000 euros en novembre dernier. Paris passe de 363 000 à 374 000 euros et Lyon de 266 000 à 276 000 euros. Cependant, les taux restent attractifs malgré leur remontée : un logement affiché au bon prix trouve preneur en 15 jours dans les villes recherchées. Cela laisse peu de place pour une véritable négociation. 

Les élections présidentielles : Des conséquences pour le marché de l’immobilier ?

La remontée des prix reste cependant le paramètre à suivre cette année, même si celle-ci n’inquiète pas encore les professionnels de l’immobilier. En admettant que la remontée des taux reste lente et mesurée, la menace pourrait venir d’un dérapage des tarifs. Le marché de l’immobilier n’a pas connu de ralentissement des transactions, qui est habituellement un phénomène observé en période préélectorale. En cas de victoire de Marine Le Pen aux élections, cette observation pourrait changer. Cependant, les Français restent dubitatifs sur les réformes à venir dans le domaine du logement. Selon Bernard Cadeau, « une large majorité des Français estime que ce sujet n’est pas bien traité dans la campagne, et 52 à 54% d’entre eux trouvent qu’aucun candidat ne l’incarne correctement ». Selon 8 sondés sur 10, aucune promesse en la matière n’est jamais tenue. 

 


A quelques jours du second tour qui opposera Marine Le Pen et Emmanuel Macron, il reste à observer si le candidat élu pour être le nouveau Président de la République va entrainer un ralentissement des transactions immobilières ou si le marché va rester dynamique. 

 

Sarah VAUCHELET 

 

Sources : immobilier.lefigaro.fr

Crédits photos : Le Figaro ; Michelin Voyages

ARTICLES DE LA MÊME CATÉGORIE

1 Parrainage = 150 € !
7 idées reçues sur les futurs acquéreurs
Actualité de l’immobilier : L’état de l’immobilier dans le Grand Ouest en 2017
Bienvenue dans l'équipe Guillaume !
Bienvenue dans l'équipe Jean Marc !