L'immobilier sans commission
02 40 49 31 63
06 34 58 46 62
28 mai 2015 | Catégorie : Société

 

Nous avons déjà abordé le sujet, la baisse des prix à débutée il y a déjà plusieurs mois... Bien que les prix semblent résister dans quelques grandes villes, les décotes sont inévitables dès que l’on s’en éloigne. Retour sur une année 2014 difficile pour l’immobilier et prévisions pour 2015. 

 

Le recul des prix s’accentue en 2015 

Après trois ans d’érosion des prix, on ne compte plus que très peu de villes qui peuvent encore afficher des tarifs en hausse. Aujourd’hui étendue sur l’ensemble du territoire, la baisse des prix s’accélère d’après le dernier indice des notaires. Le prix moyen des logements a reculé de - 1,2 % entre les troisième et quatrième trimestres 2014, s’essoufflant néanmoins du côté des appartements en passant de – 1,1 % au troisième trimestre à – 0,9 % au quatrième. Une chute qui s’est au contraire accentuée pour les maisons, de – 0,5 % à – 1,4 % en fin d’année.

Sur l’ensemble de l’année 2014, la baisse des prix dans l’immobilier ancien s’établit à – 2,4 % pour les maisons et – 2,5 % pour les appartements. Des chiffres qui pourraient encore augmenter dans les mois à venir. Les notaires estiment que, sur la période de mars à mai 2015, le repli pourrait s’élever à – 3,6 % pour les appartements et – 2,3 % pour les maisons.

 

Une France disparate

Des disparités régionales ressortent malgré tout de cette érosion généralisée où même des grandes villes doivent revoir leurs tarifs au rabais. En effet, « il se confirme que les prix baissent aussi légèrement dans les agglomérations mais de manière plus significative dès lors que l’on s’en éloigne » précisent les notaires, au point que « certaines zones rurales n’ont aucune transaction réalisée ». Ainsi, alors que l’Île-de-France affiche une baisse de - 2 %, la province accuse un recul supérieur de – 2,9 %. Les villes qui peuvent encore se permettre d’augmenter leur prix se comptent elles sur les doigts d’UNE main. Celles qui affichent encore des prix à la hausse pour les ventes de maisons sont Douai – Lens (+ 2,4 %), Marseille – Aix-en-Provence (+ 5 %) et Nice (+ 7 %). La chute se généralise ailleurs à près de – 7 %, comme à Rouen ou Lille. 

Une situation similaire pour les appartements où la dégringolade continue à Toulon (- 11,2 %), Reims (- 11,1 %) et Saint-Etienne (- 10,1 %). Seules trois grandes agglomérations continuent, sur ce marché, à voir leurs prix augmenter entre octobre 2013 et octobre 2014 : Toulouse (+ 3,3 %), Bordeaux (+ 1,3 %) et Lyon (+ 0,2 %). Des chiffres alarmant pour la plupart, mais pour autant pas question de tout voir un gris. Les derniers indicateurs des notaires laissent entrevoir « une reprise économique progressive » annoncent-ils, « mais dont nous ignorons aujourd’hui si elle bénéficiera au marché immobilier ».

Un avenir incertain qui laisse, pour le moment, de belles opportunités aux candidats à l’achat… A VOS PROPOSITIONS ! 

 

Si vous souhaitez faire évaluer votre bien et savoir si il correspond aux prix du marché, contactez notre équipe ! 

www.vendirectimmo.fr

 

SOURCES : logic-immo.com

ARTICLES DE LA MÊME CATÉGORIE

" Bientôt 30 ans, bientôt propriétaire ? "
Acheter seul devient de plus en plus difficile!
Bye bye la ville, on part vivre à la campagne !
Du vert sur les murs de nos immeubles? Silence ça pousse !